Main menu

Pages

Interview : Directives durables dans l'activité Amazon Benefit

Meta description

ProMarket s’est entretenu avec Denise Hills, directrice mondiale de la durabilité de Natura & Co Amérique latine, sur la façon dont les politiques durables en Amazonie profitent à son entreprise, à l’industrie en général et au Brésil.


Au cours des quatre dernières années, le Brésil a connu des taux record de déforestation dans la forêt amazonienne et d’autres biomes brésiliens, menaçant l’atout le plus important et le plus sous-évalué du pays : sa biodiversité. Denise Hills, directrice mondiale du développement durable de la filiale latino-américaine du groupe de cosmétiques Natura & Co, l’a expliqué dans une interview ProMarket pourquoi les forêts brésiliennes ont plus de valeur économique que d’être abattues. Elle a également révélé ce que l’entreprise espère gagner du prochain président du pays, Luiz Inácio Lula da Silva, en termes de politique environnementale.

Bien qu’il y ait plus de 5 millions de kilomètres carrés de forêt tropicale, les produits de base de l’Amazonie ne représentent que 0,2 % des exportations mondiales de biodiversité, a déclaré Hills. Les activités illégales dans la région et le manque d’action publique pour encourager les entreprises à explorer l’Amazonie de manière durable sont quelques-uns des facteurs qui empêchent le Brésil de réaliser son potentiel.

Hills pense qu’il n’est plus possible d’imaginer une entreprise rentable et non durable. Elle a ajouté qu’un programme environnemental, social et de gouvernance (ESG) devrait éclairer toutes les facettes de la politique publique et ne devrait pas être poursuivi comme un élément isolé dans bon nombre de ces projets de loi.

Fondée en 1969, Natura possède des marques de beauté telles que Avon, The Body Shop et Aesop. À la fin des années 1990, Natura a commencé à incorporer dans ses produits des ingrédients issus de la biodiversité brésilienne. En 2000, l’entreprise a fait de l’utilisation durable des matières premières de l’Amazonie sa plate-forme d’innovation la plus importante.

Cotée à la Bourse de São Paulo (B3), la société est neutre en carbone depuis 2007 et vise à être zéro carbone d’ici 2030.

ProMarket: Natura a historiquement défendu l’utilisation durable des ressources amazoniennes par opposition à l’exploitation effrénée de la région. Est-il possible d’avoir un développement économique tout en prenant soin de l’environnement ?

Denise Collines: L’opposition entre développement économique et protection de l’environnement est un mauvais paradigme. Aujourd’hui, une entreprise rentable et non durable est inimaginable. En fait, avec le changement climatique, la perte de biodiversité est actuellement l’une des plus grandes menaces pour l’économie mondiale, comme l’a souligné le Forum économique mondial. Il est nécessaire de changer la logique de développement dans l’Amazonie.

Natura est présent en Amazonie depuis plus de 20 ans et nous sommes témoins du fait que développement économique, progrès social et protection des forêts ne sont pas incompatibles. Au contraire : ensemble, ils sont à la base d’une nouvelle logique de production qui peut renforcer le leadership du Brésil dans le secteur de la bioéconomie et dans l’économie à faible émission de carbone, créant la prospérité, des revenus pour la population locale, la conservation de la nature et une plus grande valeur partagée pour tous.

L’engagement envers la durabilité guide notre orientation stratégique et intègre notre modèle de gestion de la performance. Depuis 2009, les salaires de nos collaborateurs et managers sont influencés par des objectifs intégrant des aspects sociaux et environnementaux tels que les émissions de carbone, la satisfaction et la fidélisation de notre réseau de commerciaux. Ce modèle d’évaluation des performances s’étend désormais à toutes les sociétés du groupe Natura & Co en Amérique latine, y compris Avon, Natura, The Body Shop et Aesop.

Les consommateurs exigent-ils davantage des entreprises en matière de responsabilité environnementale et sociale ?

Oui. La pandémie a sensibilisé les consommateurs à leurs habitudes d’achat et à l’impact de leurs choix sur le monde. Ils ont compris que l’interdépendance de tous les êtres est devenue encore plus claire après cette crise. En ce sens, les entreprises sont confrontées à un enjeu majeur car, plus que jamais, la pérennité de leurs entreprises est liée à leur capacité à contribuer au progrès de la société et à son développement durable. Notre concept “Biobeauty” le dit clairement : nous voulons continuer à développer des formules puissantes et bonnes pour notre corps. En même temps, nous voulons aussi aider la nature à se régénérer et à respecter ceux qui habitent et connaissent la forêt amazonienne – les peuples indigènes locaux.

Environ 17 % des matières premières utilisées par Natura proviennent actuellement de l’Amazonie. Quelle est l’importance de la préservation de la région pour les activités commerciales de l’entreprise ?

Notre modèle économique prouve que la forêt vaut bien plus la peine d’être conservée que d’être abattue. Les solutions régénératives sont réalisables d’un point de vue technique et commercial et offrent aux populations locales des alternatives plus attractives aux autres activités économiques qui conduisent à la déforestation. Les communautés locales partenaires génèrent des revenus tout en devenant les gardiennes de la forêt et des savoirs traditionnels fondamentaux au développement de la recherche sur les bioactivités.

L’un des exemples réussis de ce modèle d’affaires, parmi tant d’autres, est le cas d’Ucuuba. Avant l’utilisation cosmétique, les communautés locales ne voyaient presque aucune valeur économique dans l’arbre Ucuubeira. Cette espèce était menacée d’extinction car abattue pour la fabrication de balais, un produit à très faible valeur ajoutée. Après des recherches, nous avons constaté que la récolte annuelle d’un arbre préservé rapporte trois fois plus de revenus aux familles que l’exploitation forestière. Au lieu d’abattre l’arbre, ce qui n’arrive qu’une seule fois, l’extraction des graines peut se faire pendant au moins dix ans.

Un autre exemple est SAF Dendê, le premier système agroforestier au monde pour la culture du palmier à huile. Gérée par Natura depuis 2008, en partenariat avec l’Embrapa (Société Brésilienne de Recherche Agricole, entreprise publique affiliée au Ministère de l’Agriculture) et la Coopérative Agricole Mixte Tomé-Açu (Camta), la SAF cultive l’huile de palme au Pará de manière durable et apporte la culture de cet oléagineux en réunissant plusieurs plantes dans le système de production au plus près de leur milieu d’origine en forêt. Les pratiques culturales des zones sont basées sur une gestion agroécologique sans utilisation de pesticides. Aujourd’hui, l’huile de palme produite à SAF est l’ingrédient clé de Natura Biome, notre nouvelle marque de produits de barre.

« Des experts de renommée mondiale ont mis en garde à plusieurs reprises contre le tournant du biome amazonien, lorsque la forêt ne peut plus se régénérer. Nous devons agir plus vite et ensemble.

La déforestation en Amazonie a atteint un record en 2021. Le manque d’action publique sur la conservation des forêts et la dissolution des agences environnementales créent-ils un environnement de concurrence déloyale pour des entreprises comme Natura ?

Mettre fin à la déforestation est un problème urgent qui nécessite des réponses et des actions collectives, et doit être un objectif de la société dans son ensemble.

Outre l’impact sur l’environnement et le climat, il est important que la société soit consciente que nous sommes également confrontés à un défi économique : l’illégalité est en concurrence avec les entreprises et les investissements légitimes. L’impact affecte donc le développement d’entreprises et de marchés qui sont structurés autour d’une préoccupation mondiale pour la durabilité et qui investissent légitimement et respectent la loi.

Malheureusement, nous sommes encore loin de la voie idéale. Des experts de renommée mondiale ont mis en garde à plusieurs reprises contre le tournant du biome amazonien, lorsque la forêt ne peut plus se régénérer. Nous devons agir plus vite et ensemble.

En termes de politique publique, que peut-on faire pour rendre les entreprises nationales plus durables ?

Selon l’Institut national brésilien de recherche spatiale (Inpe), près de 4 000 kilomètres carrés ont été déboisés en Amazonie de janvier à juin de cette année, établissant un record historique. Parmi les 10 villes brésiliennes qui émettent le plus de gaz à effet de serre, huit se trouvent dans la région amazonienne, selon des données récentes du Système d’estimation des émissions et des absorptions de gaz à effet de serre (SEEG). La région nord du Brésil, où se trouve l’Amazonie, représente 60% de tout le carbone rejeté dans le pays. La dévastation de la forêt montre clairement que la politique actuelle de durabilité ne fonctionne pas et doit être révisée de toute urgence.

Les entreprises peuvent être de grands alliés pour renforcer un modèle de développement qui encourage la génération et la préservation des revenus. Notre performance en Amazonie en est la preuve. Cependant, nous comprenons que cela ne sera possible que si le pays renforce les mécanismes étatiques de lutte contre la déforestation illégale, promeut la responsabilité des criminels et améliore les outils pour soutenir les peuples autochtones et les communautés locales telles que les petits agriculteurs et les extractivistes, qui sont les véritables protagonistes de la déforestation. foresterie sur pied.

Qu’attend l’entreprise du prochain président du pays, Luiz Inácio Lula da Silva ?

Le marché international de la biodiversité représente environ 175 milliards de dollars par an, mais l’Amazonie ne représente que 0,2 % des exportations mondiales de matières premières.

Le potentiel est énorme. Nous ne devons pas rater cette occasion.

Nous espérons que le prochain gouvernement investira dans le rôle de premier plan du Brésil dans l’agenda mondial de la durabilité et dans l’énorme potentiel de la bioéconomie brésilienne pour garantir un avenir plus prospère au pays, basé sur la création de valeurs partagées, le respect du pays, des communautés locales, et les savoirs traditionnels. Cette nouvelle logique productive doit aller de pair avec des investissements judicieux dans la science, l’innovation et la technologie.

Il est également important que l’agenda de la durabilité soit présent à tous les niveaux dans les politiques publiques et non comme un chapitre auxiliaire isolé. Elle doit pénétrer et guider les discussions structurelles telles que les réformes fiscales, les plans de récolte, les investissements dans les infrastructures et les programmes de transfert de revenus pour faire évoluer le Brésil vers une économie verte avec plus d’emplois et de revenus et une meilleure qualité de vie pour la population.

Blog In 2021 joker0o xyz

Commentaires